Interview
Plus les filles quittent prématurément l’école, plus elles ont d’enfants. C’est un cercle vicieux auquel seule l’éducation des filles peut mettre un terme.

La liberté est un bien grand mot qui jusqu’ici renvoyait aux figurent emblématique de l’histoire Africaine… Mais de nos jours les femmes le réclament : Liberté ! Egalité !… envers la gente masculine.

La liberté des femmes commence par leur droit à l’Education ! Certaines régions, pour aller plus loin certaines « religions » du Cameroun ne permettent pas à la gente féminine de pousser les études. Les gouvernements de ces pays s’investissent en faveur d’une éducation universelle, mais les moyens qu’ils mobilisent restent insuffisants pour atteindre ce but, et le défi de la scolarisation des filles reste colossal.

Pourtant, véritable levier à la réduction de la pauvreté, la scolarisation et la formation professionnelle des femmes a un impact majeur sur le développement d’un pays. Sur le terrain, notre expérience le confirme : 9 années d’éducation gratuite et de qualité permettent à une fille de changer son avenir. Chaque année passée sur les bancs de l’école augmente son futur revenu de 10 à 20 % et le PIB d’un pays en moyenne de 0,37 % par an. Première étape de leur autonomisation, la scolarisation leur permet d’être actrices du développement de leur communauté, de leur région et de tout leur pays. Source : www.plan-international.fr

Paméla AKONO Publics Relations On-Spot Enterprises Cameroun S.A. Tel : 660 751 281 agnes.assou-akono@on-spotenterprises.com www.on-spotcameroun.com

9 thoughts on “Filles et femmes, …osez la liberté !

  1. L’égalité des hommes et des femmes me semblent être un objectif « impossible » à atteindre en Afrique. Nous voyons ce qui se passe en Europe, L’Amérique pour ne citer que quelques exemples– en Allemagne avec Madame la Chancelière Angela Merkel, au Brésil avec la Présidente – Dilma Rousseff – ‘Ouaps en espérant qu’elle garde son pouvoir!!!! —- ou aux Etats Unis avec l’ascension fulgurante de l’ancienne première dame du pays le plus puissant du monde ou il y a plus de « Macho » fous de testérol et prêts à tout pour conserver le contrôle du déséquilibre des sexes dans le pays de l’Oncle Sam —Madame Hilary Rodham Clinton, est d’abord devenu Secrétaire d’Etat et maintenant elle a un boulevard qui s’offre à elle pour être la première dame Présidente des Etats Unis— les questions qu’on devrait se poser sont de savoir: Quelle impacte pour l’Afrique? A quand le tour de l’Afrique? — Oui oui, je sais, le Liberia a élu une dame comme Présidente — la mémé: Ellen Johnson Sirleaf!!!!!!! Humm- No Comments!!!! Il faut peut être aussi souligner—qu’ il y a encore quelques mois une Camerounaise était Présidente par intérim de la République Centrafricaine: Cathérine Samba Panza— Respect! Mais es-ce des signaux de la prise de pouvoir en politique des femmes en Afrique?? Les rumeurs de plus en plus insistantes envoient l’ancien épouse de Monsieur Jacob Zouma— , Nkosazana Dlamini-Zuma à la tête du pays le puissant d’Afrique — l’Afrique du Sud—- Wouah si cela était le cas, je crois que cela pourrait faire tâche dans la marre —mais à quelle grandeur— ??? Just wait and See.

    1. Cher Claude,
      L’égalité que nous réclamons n’est pas forcément sur le plan politique mais bien plus grand. Cet esprit de supériorité qui est inné chez les hommes les amène à réduire la gente féminine dans le milieu professionnel et social. Cela doit prendre fin! Ce que nous voulons mettre en avant ici c’est l’indépendance de la gente féminine au profit d’un individu lamda. Ceci dit, l’objectif n’est pas d’être supérieur à l’homme mais être indépendante de ce dernier. Le thème de la 31ème édition de la journée internationale de la femme le démontre avec maestria  » Egalité de sexes et autonomisation des femmes: gagner le pari surmonter les obstacles ». Tel est la bataille que nous menons et nous ne sommes pas prêtes à baisser les bras tant qu’elle ne sera pas remportée.

      1. Chère Paméla,
        Vous êtes sans ignorer nos sociétés, surtout celles africaines obéissent à des règles et devoirs qui régissent les relations entre les femmes et les hommes. Avez-vous déjà vu dans nos villes et villages ou un chef de village est une femme? Non!!!! Nous avons nos traditions, nos cultures qui confèrent à chacun d’entre nous une place. En vouloir changer radicalement pourrait perturber l’équilibre de nos sociétés. Ne vous meprennez pas, cela ne sera pas une tâche facile. — Je suis pour l’éducation pour tous et de chacun. Néanmoins, l’égalité à des nuances… comme toutes les libertés…Elles devraient s’adapter à nos traditions et cultures…sinon, nous allons créer un chaos—Comme ce qui se passe en Irak!!! Quoiqu’il fallait chasser le dictateur Saddam Hussein du pouvoir, mais l’ignorance des traditions et cultures Irakiennes et une façon violent d’imposer la démocratie de l’Ouest dans ce pays est la preuve même qu’il faille toujours adapter tout changer aux réalités de chaque pays… et qui parle de réalité, devrait rythmer avec coutumes, traditions, cultures et rites…ce qui est bon pour Paul n’est certain pas toujours bon pour Jacques!!!!

  2. la mémé: Ellen Johnson Sirleaf!!!! Un peu de respect!!!! Elle est la seule femme élue de façon transparente en Afrique— Alors un peu de respect!!!!! Madame Cathérine Samba Pansa est -une Camerounaise? Mon frère, ou tu as sorti ce scoop!!! Les Camerounais toujours entrain de jouer les agents doubles… Bien si tel est le cas, faisons de la RCA notre 11 provinces… Bref, je crois à l’égalité des femmes en Afrique, ce n’est qu’une affaire de génération…

    1. l’éducation de la jeune fille ne signifie pas forcément que la femme ou la fille sera un jour égale de l’homme. Nous voyons l’éducation de la jeune fille et de la femme comme un levier, qui pourra dans un futur proche ou lointain contribuer au développement de l’Afrique. Une femme éduquée et formée c’est un entrepreneur, une femme qui peut mieux s’occuper de ses enfants en utilisant les moyens et méthodes apprises sur les bancs. Encourageons l’accès de la gente féminine à l’éducation….

  3. Je pense humblement que le problème de fond est autre. C’est la notion d’ « égalité » qui à mon sens est problématique ici. Dire que les femmes devraient être les égales des hommes supposent que la situation actuelle des hommes est l’optimum en termes de droits et de liberté. Les femmes ont besoin de s’affirmer indépendament de leurs homologues masculins. Pourquoi placer une barre qui risquerait de les freiner? L’éducation de la femme ou plutôt sa sous éducation est un grand problème en soi. Pas parce que le taux d’éducation de la gente masculine est statistiquement plus élevé. C’est même dangereux de raisonner ainsi. Ce combat doit être mené par des femmes POUR les femmes et non contre les hommes. Il n’ya que de cette façon qu’il pourra être gagné. Entretenir cette scission entre les genres est une méthode qui ne marche apparament pas. Alors pourquoi ne pas s’unir pour remédier ensemble à une situation qui fait autant de victimes (bien que différemment) aux deux sexes? We must think about it…

  4. Chère Guilene
    Je partage entièrement votre avis… ne faisons pas un combat contre les hommes, mais un combat des femmes pour femmes…mais dans des arènes ou les hommes sont peut être majoritaires et ont le pouvoir de décision. Cependant aucune liberté n’est gagnée sans combattre…Nous devons nous unir, poser des actions fortes. Votre démarche est louable, et je serais très content de vous suivre. Je suis présidente d’une association des filles et femmes de Dschang à l’Ouest du Cameroun. Etudiante en lettre bilingue à l’université de Buéa, l’un des combats de tous les jours est de initier les membres de mon association à accéder à l’éducation. Chaque fois avant de commencer nos activités, nous avons 90 mins de lecture. Nous lisons tout type de livres et je pu vous avouer à la fin d’une bonne lecture les femmes sont dans un autre états. Nous devons avoir une voix… « The Youth Africans Voices » or shall we say  » The Youth Girls Africans Voices ». Pensez y dans votre agence–vous pourrez l’implémentation dans vos activités et en ferme un symbole ou un champ pour récompenser ceux-là ou celles là, fille, femme et même homme qui agissent dans l’essor de la jeune fille africaine.
    I am in with you guys and thanks in putting up such blog to exchange about youth’s problems.

  5. j’ai prie la peine de parcourir vos différentes pensées sur la question de l’égalité Homme-Femme/ Education et tout le reste. Premièrement je pense et je soutien mordicus que, nous ne trouverons jamais un point d’entente sur cette question d’égalité en convergeant vers le ton de rivalité qui se dégage de vos différentes assertion. En restant dans l’éthique du créateur, nous sommes d’abord et avant tout des êtres humains, sur se plan nous sommes égaux et non rivaux « nuance ».
    ce qui cause problème chez nous le commun des mortels, c’est la confusion faite entre égalité et Rivalité. de ce fait je pense que l’axe de discussion de ce débat est rien d’autre que la rivalité entre Hommes et Femmes. je ne vous rejette pas le tors, car je suis conscient de l’existence de ce pathétique slogan, que d’ailleurs les femmes affectionnent. Seulement Les Femmes pensez-vous que vous devez parler de rivalité sous couvert d’égalité Homme et Femme si déjà entre vous les femmes, biologiquement identique à travers votre génotype X/X si vous même, vous ne vous considérez pas déjà égaux « entre vous les femmes »??????

    Maintenant en ce qui concerne « l’éducation de la jeune fille ». c’est une très bonne chose, d’abord pour vous les femmes, car sa vous donne un chemin a suivre pour atteindre le cinquième niveau des besoins de la pyramide de MASLOW. Et pour nous les Hommes d’avoir des épouses instruites et dynamique, pour mieux qualifier l’adage populaire qui dit que DERRIÈRE TOUT GRAND HOMME SE CACHE UNE GRANDE FEMME!!!!!

    1. Permettez moi de rire de votre dernière répartie M. Serge… Pourquoi la femme devrait-elle se « cacher » derrière un homme? Pourquoi les deux ne pourraient-ils pas avoir leur moment séparé sous les feux des projecteurs? Pourquoi réduire la femme à ce rôle « d’ombre »? Pourquoi ne dit-on pas que « derrière un grand homme ou une grande femme se cache juste une grande volonté et une vive intelligence? Dans vos mots on ressens bien comme je le disais cette crainte de voir la femme se revéler. Mais à tort!

      Le Créateur comme vous le dites nous a tous créer égaux. Pourquoi l’homme (avec la complicité tacite de la femme peu éduquée) a t-il jugé bon de « freiner » l’élévation de la femme? Car c’est bien de cela qu’il s’agit. Pourquoi existe t-il encore des familles aujourd’hui dans lesquelles l’éducation du jeune garçon est privilégiée au détriment de celui de sa soeur??

      Je le redis, ceci est un combat qui doit être mené par les femmes. On ne saurait parler « d’égalité » si ce sont encore les hommes qui viennent se battre pour nos droits. Come on girls! Montrons leur la voie. Unissons nous dans un mouvement commun. Laissons tomber cette canne virtuelle que la gente masculine représente pour nous et battons – nous! Du respect qui en rejaillira, viendra une adhésion spontanée de tous les hommes même les plus réticents à notre cause.

      Pour en revenir à vous cher monsieur Serge, on parle ici d’une égalité en droits, bien plus, une égalité en chances (sociales, économiques, éducationnelles, etc) et sur ce point toutes les femmes camerounaises, africaines, et que sais-je, sont égales entre elles. Cela dit, il n’est pas exclu que lorsque l’on sort de cette sphère essentiellement primaire, il peut apparaitre des rivalités et des clivages sociaux. Du point de vue du statut social, un Directeur Général ne saurait ainsi être l’égal de son chauffeur par exemple. Tout cela pour vous dire que vous ne pouvez brandir l’argument de l’égo de tout un chacun pour justifier « l’injustice » dont est victime la femme dans la société.

      Bien à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *